Mois: juin 2014

Château Lamblin

Francis Lamblin n’est pas un viticulteur comme les autres. Sensibilisé dès son plus jeune âge au respect de l’environnement sans que ce soit déjà la mode, il s’est naturellement tourné vers la viticulture biologique. Pour lui, ce nectar qui rassemble les hommes doit aussi lui servir à communiquer.

Publicités

La vinification

Aucun levure ou bactérie issue d’OGM n’est employée. Le respect des traditions. Des vendanges vertes sont réalisées si besoin, afin de maitriser parfaitement les rendements.

 

La totalité est vendangée manuellement. Entièrement éraflé, chaque cépage est mis séparément en cuve ciment. Deux remontages par jour assurent une vinification particulièrement soignée, avec un contrôle des températures essentiel. 
Lorsque la fermentation alcoolique est terminée, le vin reste alors sur le marc (matières solides constituées des peaux et pépins de raisins) pour une cuvaison de 3 semaines à 1 mois, ce qui permet une meilleure extraction des la couleur et des tanins. A l’écoulage, le marc est pressuré faiblement et lentement pour donner un vin de presse de grande qualité qui sera assemblé au final. la méthode traditionnelle Bordelaise.

 

http://bit.ly/1ki1EJI

Château Lamblin

Image

Après un début de carrière militaire qui aura duré 10 ans, j’ai entrepris de reprendre en 1997 le chemin des écoliers afin de me former au métier de viticulteur, sur les traces de mon grand-père, Louis GUIRAUD, ingénieur agronome. 


Obtenant le diplôme de Responsable d’Exploitation Agricole en viticulture-œnologie un an plus tard, j’ai alors entrepris la création du Château Lamblin en investissant dans tout le matériel de culture nécessaire, ainsi que dans la rénovation et l’équipement d’un chai. Le parcours du combattant d’un novice dans la profession, accentué par les démarches administratives, ne faisait que commencer ! Aujourd’hui, à l’aube du 2ème millénaire, j’ai l’honneur de montrer sur ce site la réalisation de ce que j’ai accompli avec l’aide de toute ma famille, belle-famille et amis, les premiers fruits de ma passion de vigneron, pour votre plaisir. Et n’oublions pas, comme le dit si bien mon père, qui le détenait du sien que : 
« La joie est au bout de l’effort !»